Les enseignements alternatifs se popularisent en Corse. Découvrons un nouvel exemple de ces écoles qui repensent le processus d’apprentissage.

Si vous avez des enfants entre 4 et 19 ans , sans doute avez-vous déjà entendu parler ou serez-vous intéressés par le concept alternatif de l’Ecole Démocratique de Corse. Evviva a décidé de s’intéresser à l’exemple d’une de ces écoles alternatives bénéficiant d’un regain d’intérêt ces dernières années.

Comme son nom l’indique l’Ecole Démocratique de Corse (ou E.D.C.) met la prise de décision commune et la responsabilisation au centre de son fonctionnement. Des consultations de chacun sont organisées toutes les semaines. L’acquisition de l’autonomie et la collaboration entre les enfants sont d’autres axes fondamentaux.

Une école pas comme les autres dans la cité impériale

Située dans la Résidence d’Ajaccio (Bât. C – Rue Nicolas Peraldi ) à Ajaccio, votre  web magazine Evviva a visité cette école pour vous. Nous souhaitions :

  • découvrir leurs locaux dans un premier temps
  • puis en apprendre plus sur les méthodes d’apprentissage proposés.

Issue du projet « La boussole », en développement depuis quatre ans, cette école a ouvert ses portes lors de la rentrée 2019.

Allons ensemble explorer ce lieu d’apprentissage. Une école assez unique en son genre et made in Corsica.

ecole-democratique-corse-evviva-corsica

Interview à l’Ecole Démocratique de Corse

Magalie Bartoli, l’une des “encadrante-enseignante”, a répondu aux questions de ‘Evviva’

Evviva : « Il y  a-t-il une journée type à l’E.D.C. ? »

Magalie Bartoli : « Non, chaque jour est vraiment différent, les activités sont modulées au gré des envies des membres. Les enfants ont à leur disposition divers éléments matériels : salles, ouvrages divers et variés, jeux pédagogiques, ordinateurs, instruments de musique et matériel de dessin. Les ressources humaines sont qualifiées dans de nombreux domaines. Il y a néanmoins de la récurrence en terme de temporalité. Les enfants arrivent le matin, notent leur heure d’arrivée, mettent leur repas au réfrigérateur, et vont voir ce que les enseignants-encadrants sont en train de faire et choisissent l’activité qu’ils souhaitent »

Evviva : « Quelles sont alors les activités les plus récurrentes ? “

Magalie Bartoli : « Il y a toujours des temps de propositions d’activités, des temps pour les décisions collectives. De ce fait il y a l’apprentissage de l’argumentation pour défendre ses choix et besoins. Les enfants se familiarisent aussi avec l’abstention. Il y a aussi le comité d’arbitrage pour que tout se déroule toujours bien. Les formulaires apprennent à structurer une pensée. Nos membres se construisent dans et par la vie en communauté, de la justice. On cultive la curiosité et tous s’instruisent à leur rythme, dans le respect de tous. Ils créent eux-même leur organisation et choisissent leurs activités. Les possibilités sont très larges et permettent aux enfants de déployer leur potentiel. Les “encadrants-enseignants” sont toujours là pour les épauler. Notre école accorde également une grande importance aux émotions, de ses acteurs, à leurs identifications et à leurs bonnes utilisation. “

Evviva : « Pensez-vous que les “élèves” issus de votre école seront bien préparés pour vivre avec les enfants issus du cursus classqiue de l’éducation nationale ?”

Magalie Bartoli : « L’ apprentissage au sein de notre école s’appuie sur les spécificités de l’enfant. En effet, toute pédagogie devrait se faire en se greffant sur les affinités et compétences préexistantes de chaque enfant. C’est une méthode naturelle. Les connaissances par la suite seront ainsi très solidement acquises, durables dans le temps et adaptables à toutes situations de vie . De plus, un inspecteur d’académie peut à tout moment venir évaluer le bon déroulement des compétences de chacun des élèves en vue d’un suivi global de ces derniers. »

D’où viennent les écoles alternatives dites “démocratiques” ?

L’idée d’une autre forme de pédagogie n’est pas nouvelle. Concernant les écoles démocratiques :

La plus ancienne école de ce type est l’école Summerhill, fondée en 1921 en Angleterre, et toujours en activité aujourd’hui.

Ensuite imité par les États-Unis, avec la Sudbury Valley School. Elle fut la première de plusieurs centaines d’écoles similaires.

En France,“La croisée des chemins” fut la première école démocratique à voir le jour en 2014 à Dijon, suivie par “l’École Dynamique” en 2015 à Paris et “l’École Nikola Tesla” en 2016 à Lyon. En 2019, “l’EDC” ouvre à Ajaccio.

Il existe différents modèles d’éducation démocratique. L’École Démocratique de Corse a choisi de se former et de s’appuyer sur le modèle Sudbury qui a remporté le plus de succès sur le plan éducatif.

Le magazine Evviva remercie l ‘Ecole Démocratique de Corse pour son accueil chaleureux.

Pour plus d’information sur l’EDC, rendez-vous directement sur leur site .

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *