Voyage dans l’univers intime du peintre Fanfan Salvini

Les Corsettes sont parties en immersion dans l’atelier du peintre Fanfan Salvini.

Une après-midi autour d’une tasse de thé, discussion sur l’artiste et sa vie…

Les Corsettes :

«  Vous qui avez donné des cours de dessin,
quel est votre ressenti quand à l’enseignement des arts à l’école ? »

Fanfan Salvini :
« Je serais d’accord pour rencontrer des enfants leur ‘faire voir’ le processus créatif. Aider les enfants à cultiver leurs instinct . Le ‘moment créatif ‘ est fait de courage. »

 

 

Nous avons ensuite tenté de disséquer et de comprendre le moment fragile où naît un tableau.

En parcourant son grand atelier nous avons contemplé quantités de toiles, de croquis, d’ esquisses…

Son style graphique est reconnaissable d’entre mille; ses paysages nous apprennent à voir les visages et réciproquement.

Les couleurs de ses compositions sont auto-génératrices : elles contaminent les créations suivantes. «Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage, Polissez-le sans cesse, et le repolissez, Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.  ». Cette phrase de Nicolas Boileau s’applique à la recherche chromatique de Fanfan Salvini.
Les creux (en teintes sombres) encapsulent la vie et les pleins (teintes claires) font respirer la composition.
La couleur est tantôt appliquée en pâte scintillante (à base d’huile d’œillette) pour rappeler l’ agitation, tantôt saupoudré en pigments presque sans liant, pour donner un aspect vaporeux presque mystique  .
Le cadrage est déterminé in situ, en effet, l’artiste peint toujours d’après nature. Pour les portraits l’espace autour est choisi par rapport au modèle et pour les paysages (triptyque , grand ou petit format) ce sont les forces naturelles qui décident.
Fanfan Salvini est un amoureux des paysages corses, et cette «  passion » selon ses termes, le porte à travailler jusqu’à la souffrance pour rendre hommage à sa terre, tara corsa.

 

 

Fanfan Salvini expose depuis 1987 principalement en Corse même si l’artiste s’exporte très bien sur le continent.

Si vous voulez le suivre, vous pouvez visiter son site.

Son Facebook quant à lui vous permettra de vous tenir au courant de son actualité et de ses expositions.

Si vous êtes en ce moment dans la région de Marseille, ne manquez pas d’aller voir ses tableaux à Bollène lors de la foire de Saint Martin. Tous les renseignements sont dans ce lien.

 

Les Corsettes vous souhaitent une journée des plus colorées, et on espère que vous reviendrez bientôt parcourir nos articles, toujours à la découverte des talents qui nous entourent!

 

 

Investigation! Les “pop-up stores” c’est quoi?!

Ce n’est pas le printemps? Qu’à cela ne tienne! Depuis plus d’un an les “pop-up stores” ou magasins éphémères fleurissent dans les ruelles de Paris. Il y a peu de temps encore, mon avis était mitigé au regard de ce qui semblait être un simple effet de mode. En effet tous les ingrédients paraissaient être réunis pour appâter le petit pigeon bobo toujours en manque de beaux endroits où montrer sa personne bien faite en sortant de chez son meilleur ami le barbier… Cependant le phénomène persistant, me voilà bien obligée de m’intéresser un peu plus sérieusement à ce concept  et je dois avouer que depuis peu je serais presque devenue une militante! Plus de pop-up siouplé!

Partons du principe qu’il n’y rien de plus déprimant que les grandes avenues interchangeables des mégalopoles, où le choix  pour faire quelques emplettes se limite de plus en plus aux grandes chaînes (dont les collections monotones contentent tout le monde et personne à  la fois). Je ne parlerais même pas des méthodes de fabrication, l’unique objectif étant de maximiser les marges en s’asseyant toujours un peu plus sur les droits fondamentaux des employés de leurs usines; et nous voilà nous aussi, pauvres consommateurs, forcés de regarder ailleurs honteusement…

C’est là que le concept du pop-up store prend tout son sens!

L’alternative aux grandes marques peut se trouver assez facilement sur internet mais il reste difficile de s’y faire connaître. Avoir son propre magasin à l’année est une option que les petites marques peuvent rarement se permettre en particulier dans une ville telle que Paris où les loyers sont excessifs.

Grâce aux pop-up j’ai pu découvrir cette année toutes sortes de créateurs talentueux dans des domaines très divers. Un évènement ’boutique éphémère’ peut durer de quelques jours à quelques mois, mais cela permet de faire des découvertes, de pouvoir rencontrer des gens qui aiment ce qu’ils font, d’avoir facilement une traçabilité sur les méthodes de création… au lieu de la pulsion d’achat on retrouve un plaisir durable dans le fait d’acquérir quelque chose de qualité. Dans un même lieu se succèdent au fil des mois toutes sortes d’univers, certains m’interpellent, d’autres moins; qu’à cela ne tienne puiqu’ils ont au moins toujours le mérite de sortir de l’ordinaire!

En parlant d’ordinaire j’ai justement choisi un parfait exemple de pop-up à l’opposé du mainstream pour que vous puissiez vous faire une idée de ce que ce genre d’event peut réserver comme surprise…

 

 

Au détour d’une ruelle à 2 pas du boulevard Saint Germain, Miki Enomoto propose depuis quelque temps déjà un espace dédié aux créateurs en mal de boutique. Elle aide également à la mise en place avec ce soucis du détail qui fait le charme des japonaises.  Mardi dernier avait donc lieu le vernissage du nouveau pop-up qui se tiendra jusqu’à fin mars…

Plongée dans un univers tendre et décalé, découverte du style romantique “lolita”.

Cliquez si vous souhaitez agrandir les photos

 

 

A 17h, une heure parfaite pour boire le thé et manger quelques gâteaux j’arrive donc devant la boutique et déjà je me sens aspiré dans un autre monde. Derrière une vitrine joliment agrémentée, de très nombreuses jeunes filles conversent le sourire aux lèvres. Elles ont toutes mis un soin tout particulier à leur toilette et  portent toutes des robes très bien finies, avec de nombreux rubans, détails en dentelle, des bijoux et accessoires de cheveux; le style ‘lolita’ qui est arrivé depuis le Japon jusque dans nos contrées il y a maintenant une dizaine d’année respecte quelques codes mais laisse aussi un grande place à la créativité. Hormis cela, le charme principal de ce style est je pense de se créer un univers bien à soi, et de partager des moments hors du temps; les jeunes femmes se comportent avec élégance et retenu, et portent avec fierté une tenue longuement réfléchie tout en admirant celles de leurs compagnes.

Cette petite réception était l’occasion de découvrir les nouvelles créations des 5 stylistes qui prenaient leur marque dans la boutique.

 

 

Ces designers ont pour point commun le “hand-made“. La qualité des matières correspond à du haut-de-gamme et les prix au regard de la qualité sont tout à fait raisonnables. Avec un peu de chance une création sera à votre taille mais si ce n’est pas le cas, une autre pièce pourra être créée suivant des mensurations exactes et rarement avec un surcôut. Si le total look est assez difficile à porter dans la vie de tous les jours, on aura certainement plaisir à se glisser dans une petite robe parfaitement coupée avec une étoffe de bonne tenue; les sautoirs de perle ou encore les pendentifs à inclusion pourront même être portés sur une tenue de working girl.

Autre point commun de ces stylistes, c’est qu’ils ne nous viennent pas du Japon mais bien de toute l’Europe!

Shinku Rose vient d’Angleterre, ses créations phares sont des petits chapeaux à l’aspect victorien ou encore des création plus décalées comme le mix couronne/cage à oiseau à porter de préférence incliner sur la chevelure. On retrouve également des cols en fourrure, parfait pour se sentir au chaud même en robe.

 

 

CloudBerry Lady est axé principalement sur la conception de robes aux coupes romantiques qui charmeront divers styles de lolita (et oui il y a de nombreuses branches dans ce style!). Les romantiques mais aussi les guro lolitas pourront apprécier la qualité des imprimés qui sont nés d’une collaboration entre la styliste de la marque et l’illustratrice Minna Ainoan.  Sirènes ou insectes, les teintes restent douces. Ces créations partent souvent pour le Japon, ou  L’atelier Pierrot les propose aux tokyoites connaisseuses. Plus abordables justement, on pourra succomber pour des créations réalisées avec des tissus importés du Japon (mention spéciale pour les jupes dont les motifs Alice au pays des merveilles sont un plaisir des yeux!).

 

 

Medusa Couture est une marque Suisse; la styliste Mara a une prédilection pour les étoffes épaisses qui se marient parfaitement aux cols en fourrure de Shinku Rose (mention spéciale pour ses robes à imprimé livresque!)

 

 

En continuant notre tour d’Europe, nous voici en Allemagne avec Li-Paro et ses pendantifs à inclusion  d’une rare finesse et qui remportaient déjà au cours du vernissage beaucoup de succès. J’ignore s’il en reste encore, mais il est toujours possible de passer commande au magasin jusqu’au 10 mars.

Ergi quant à elle vient de Suède et présentait ses bonnets de fourrures, blanc à  petites oreilles pointues de chat ou à grandes oreilles de lapin (porté ici par la supa cute Miyu) Pour un cadeau ultra kawai en plein hiver, les créations d’Ergi sont sûrement les plus en accord avec la saison, tout comme le sont les cols de Shinku Rose!

 

 

En plus des 5 stylistes, on pouvait découvrir le travail de l’illustratrice digital finlandaise Sirkku Tuomela. Travaillant aussi bien dans le game-design que dans la BD, ces illustrations sont encadrées dans le style rococo qui pourrait être du meilleur effet posées sur une coiffeuse.

 

Ce pop-up store ne vous tente pas? Evidemment chaque événement a sa particularité et n’est de toute façon pas censé intéresser tout le monde mais sachez que Paris regorge de pop-up de toutes sortes et qu’internet est le meilleur endroit pour trouver les informations pour débusquer des pop store en cours dans les thèmes qui vous intéressent (musique, fooding, mobilier design.. et parfois un joyeux mix de tout ça!)

La prochaine fois que vous montez faire les boutiques à Paris, cherchez les pop-up! Vous ne le regretterez pas et vous aurez au minimum une bonne anecdote à raconter:)

 

Pop-Up Store “Les filles Frou Frou”

Du 24 février au 10 mars

 

Guiq’Chaq (local pour pop-up store, quartier Saint Germain)

3 rue Mazet 75006 Paris

Métro Odéon

TEL: 01 43 26 78 55

 

 

Crédits texte et photos: NephilimK

Orientalisme couture lors du défilé Andrei V

Les voiles voluptueux font le tour de la courbe de mes yeux, la chaleur lourde m’enivre et m’emporte en Orient. Du Maroc à l’Iran en passant par l’Égypte, je vous décris mes impressions du défilé de Andrei V Couture.

Pour son premier défilé, c’est sans nul doute un projet mature mené à bien par Denis qui arrive à peine à l’aube de ses 18 ans. Passionné par la mode depuis ses 6 ans, Denis rejoint Juliette F création implantée à Saint Germain-en-Laye, après un baccalauréat professionnel en couture.

C’est sur le thème du Harem que le jeune créateur Denis nous ouvre les portes sur son travail largement inspiré du film Angélique et le Sultan.

Il nous présente une collection en crêpe georgette et en jersey, des matières nobles travaillées avec grand soin. Rien n’est laissé au hasard. L’air désinvolte des mannequins, mises en beauté par MAAP, le tombé du tissu ou les couleurs chaudes; tout dans cette collection nous rappelle l’opulence du charme oriental.

Le soutien inconditionnel de sa mère, Hélène Béchet semble être à l’origine de l’ouverture d’esprit et de la passion de Denis.
Il me confie la place importante qu’occupe la musique dans son travail préparatoire, qu’il effectue souvent de nuit. Ce sont des voix de femmes aux tonalités graves et sensuelles telle celle de Sia qui ont inspiré Denis pour cette première collection. Mais l’artiste est visionnaire et pense déjà sa prochaine collection qui portera sur le thème des tribus Maasaï. Derrière ce nouveau projet, une muse, qui défile pour Denis et réveille sans conteste la beauté sauvage africaine.

Cet article est, j’y compte bien, le premier d’une longue série grâce au talent et à la passion de Denis. Les Corsettes vous feront part de son évolution, car c’est avant tout un réel plaisir d’assister au lancement d’un artiste.

 

Crédits photos: NephilimK